Restaurant

le Pont de Brent

Accueil

Depuis longtemps déjà, les voyageurs s’arrêtant sur les hauts de Montreux ont pris l’habitude de se restaurer dans une belle maison villageoise nichée au bout d’un pont centenaire. Tantôt auberge, bistrot puis café, c’est en 1980 que Gérard Rabaey transforme la bâtisse en véritable restaurant gastronomique avant de faire du Pont de Brent une authentique institution.

 

Depuis 2011 une nouvelle page d’histoire c’est ouverte au Pont de Brent. Stéphane et Stéphanie Décotterd ont repris la tête de l’établissement et continuent d’enchanter les gourmets du monde entier avec une approche très personnelle. Les produits et la région étant au cœur de sa cuisine, le Chef travaille en privilégiant les circuits courts (vente directe ou maximum un intermédiaire). C’est donc aux côtés des paysans, cueilleurs, pêcheurs, éleveurs et vignerons autour de son restaurant que Stéphane Décotterd s’engage dans une démarche éco-responsable, avec une traçabilité sans faille.

 

Aujourd’hui, le Restaurant auréolé de 2** étoile au Guide Michelin et de 18pts au Guide Gault&Millau est également membre des prestigieuses Chaînes « Relais &Châteaux » et
« Grandes Tables du Monde ».

Soyez les bienvenus…

une cuisine locale

Une page se tourne

Au Pont de Brent

Les habitudes ont largement changé, les clients voyagent de plus en plus, les produits nobles d’hier ont été vulgarisés et sont devenu des produits de large consommation. (…) Tout cela au mépris de l’écologie et de l’éthique pourtant incontournables dans notre société actuelle. Alors me suis-je dit, qu’est-ce que la gastronomie aujourd’hui et qu’ai-je envie de proposer à mes clients ? Une cuisine de terroir, ou plutôt de territoire… Car aujourd’hui, je suis convaincu qu’un repas gastronomique doit être une manière d’exprimer ce qu’habiter momentanément une région veut dire.

«J’ai choisi de ne plus cuisiner de fruits exotiques ou de produits issus de la mer et d’amorcer un virage vers une cuisine responsable, locale et personnelle.»

Stéphane Décotterd   À l’image de ma désormais traditionnelle bénichon, je veux proposer une cuisine issue de mon histoire et de ma région… mon territoire. Mais pas d’approche dogmatique pour autant, je ne vais pas m’excuser de servir du chocolat, du café ou du sirop d’érable ! Ceux-ci font partie de mon histoire, de mon expérience, bref de mon territoire…   Et si le virage s’est amorcé au Pont de Brent il y a quelques années déjà, aujourd’hui nous tournons une page.   Place donc aux féra, truites, lottes, vengerons et écrevisses du Lac, aux Ombles de la Pisciculture de Cornaux (à 300m du restaurant !) aux légumes des Jardins du Closy à Puidoux, au beurre de la laiterie du Crêt, aux herbes sauvages cueillies par Anne-Marie en Gruyère, aux champignons sauvages de Jean-François, mais aussi aux volailles de la Belle Luce, donc une approche personnelle, responsable, locale mais pas locavore.  

Accueil Accueil